Browsing Tag:

Train

    Hoge Veluwe, Hollande

    La Hollande en train : d’Arnhem au Hoge Veluwe

    9 août 2017

    Dernière étape de mon voyage en train en Hollande, après avoir exploré Rotterdam, Groningen et leurs alentours je quitte le nord du pays pour rejoindre le parc national de Hoge Veluwe, merveille de la nature.

     


     


    SIXIEME ARRÊT
    ARNHEM


    Province de Gueldre

     

    J’ai le coeur un peu lourd de rejoindre Arnhem, dernier arrêt de mon voyage hollandais.
    Je l’ai choisi parce que je voulais aller m’aventurer dans le Hoge Veluwe et c’est le pied-à-terre idéal. A mon arrivée, je ne trouve pas la ville exceptionnelle, la gare est un bordel de travaux bruyants, je m’en éloigne un peu, je pose mon sac dans un hôtel qui sent la frite et je file dehors explorer les petites rues.

     

    Je bois une citronnade chez Hemels, l’endroit est trop joli, la serveuse a un sourire magique et j’ai envie de manger la confiture de mon scone à la petite cuillère tellement elle est bonne.

    Je me perds dans le centre, la ville est mélangée, seulement quelques rues me plaisent.

     

     

    Je m’aventure dans le grand parc, le Sonsbeek.
    Il y a des vaches, des canards, des bambis, des étangs, des fontaines, des bouts de forêt et des coins d’herbe ensoleillés. C’est un endroit surprenant, en plein centre-ville qui coupe de toute l’agitation, du bruit.

     



     

    Sur le retour, je marche sur Zijpendaalseweg et je regarde le soleil se coucher sur le toit des maisons. Je cueille des fleurs des champs, je sais que mon voyage arrive à sa fin, je suis un peu triste et en même temps profondément calme, tranquille, la Hollande me fait du bien et je me réserve la plus belle aventure pour demain.

     



    HUITIEME ARRÊT
    HOGE VELUWE


    Hollande-Méridionale

     

     

     

     

     



     

     

    En arrivant très tôt j’ai de la chance, il reste encore des vélos gratuits à l’entrée d’Otterloo, au nord, je peux en emprunter un.
    J’accroche mon sac à dos sur le siège enfant et je commence à pédaler, remplie de joie.
    Les premiers kilomètres, j’ai du mal à m’adapter au pedal brake, je mets des coups trop brutaux au début et je manque de me casser la gueule un bon nombre de fois.

    Le Hoge Veluwe est incroyable, immense et surprenant.

    Les paysages sont tellement changeants.

     

     

    Je pédale dans des forêts fraîches qui sentent la terre humide et la mousse. Le soleil se faufile entre les arbres, il dessine des petits puits de lumière et fait briller les feuilles.

     

     

     

    Je traverse d’immenses plaines de sable sèches et ensoleillées à en devenir aveuglantes. Le sol est tout bossu de petites dunes et parsemé de branches craquelées.

     

     

     

     

    C’est absolument fou de se retrouver dans un endroit pareil en Hollande.
    Je pédale en pleurnichant d’émotions devant autant de beauté.

    Je cueille de la bruyère dans des champs qui en sont recouverts, le violet varie d’un endroit à l’autre, j’essaie d’en avoir de toutes les nuances.

    Après ma ballade, sur le retour et le soir, je pense à Paris, à mon tout petit appart, à mon job dans un bureau et une immense tristesse m’envahi. Je suis épuisée de vivre comme ça, d’une façon aussi absurde, loin de la nature, dans la masse et la crasse.

    Le lendemain, je prends le train, vraiment malheureuse je rentre, le cœur tout lourd et une énorme boule dans la gorge. Je voudrais rester en Hollande, tout est tellement plus calme, plus doux, la vie a l’air hors du temps.

    J’adore cette petite nation paisible, qui vit au rythme du vent, qui colore ses villes de fleurs et qui se déplace à vélo. J’ai envie de cueillir des fleurs partout, de bondir et de chanter la vie, de dire aux gens à quel point c’est beau ce pays tout fabriqué de leurs mains, comme ça a l’air d’un paradis de mignonneries, comme j’ai envie d’embarquer ici, de m’acheter une bicyclette et un moulin et de jamais repartir.

     

    Billet Rotterdam-Paris