Islande_Reykjavik_7

ROAD-TRIP en Islande #1 : REYKJAVIK, la « Baie des fumées”

1 octobre 2017

 

 

 

 

Ce matin, Quentin et moi partons en direction de Reykjavik. L’excitation me rend fébrile, j’ai du mal à croire qu’on y est, enfin, je pars en Islande. Depuis deux années, je rêve de randonnées folles, épuisantes, seule dans cette nature que j’imagine, sauvage, dangereuse et glaciale. C’est si bon de réaliser ses rêves.

 

 

 

Islande_Objets

 

On se lève aux aurores, on embarque nos énormes paquetages direction l’aéroport. On passe de justesse à la pesette, pas de supplément heureusement, on a presque failli dépasser les 23 kilos.

Dans la salle d’embarquement, je lutte avec mon impatience pour rester immobile. Papoter, bouquiner fait avancer le temps mais jamais assez vite. C’est toujours pareil quand je m’apprête à prendre l’avion vers la découverte d’un nouveau pays, je suis tellement pressée qu’il devient impossible de me concentrer, de rester calme. Je bouillonne de joie. J’aimerais le dire à tout le monde.

A côté de nous, un couple d’américains d’environ 60 ans fait plein de photos avec des kinders surprises, ils sont morts de rire, je les adore sans les connaître, ils assemblent les jouets, dévorent le chocolat. Ils ont l’air d’avoir 8 ans et j’espère qu’on sera toujours comme ça nous deux, Quentin et moi, à leur âge. Infatigables de petites joies, heureux d’un rien.

On atterrit en Islande en milieu d’après-midi, un peu sonnés par l’expédition mais heureux. Affamés, on grignote un sandwich et un café à l’aéroport, ça nous coûte un bras, on est soulagés d’avoir une valise remplie de pâtes, de riz et de soupe. Avec une navette magique, on file récupérer notre voiture de location : un Duster blanc un peu égratigné.

 

islande, city-guide, reykjavik

Carte postale publiée par Demants-Kort. Photo : Rafn Jörd

 

Sur la route pour rejoindre notre Airbnb, de Keflavik à Reykjavik je trouve le coin un peu moche, sombre, abîmé, pas très accueillant.
Je n’ai pas conduis une voiture depuis des mois alors je reprends mes marques doucement et je veille à respecter la limitation de vitesse à 90. Mais les islandais, eux, s’en fichent complètement et je m’aperçois rapidement qu’ils roulent comme des idiots ces vikings avec leurs énormes voitures-paquebots monstrueusement grandes. Je me fais doubler de partout, ils vont trop vite, me collent au cul, me font des queues de poisson à la pelle. C’est le pays de l’automobile folle. Ça s’annonce angoissant.

 

islande, city-guide, reykjavik

 

En 40 minutes, on arrive chez Ottar, un enthousiaste rigolo qui nous accueille avec un énorme sourire. Il habite dans le calme quartier résidentiel de Vestubaer à Reykjavik. Dès les premières minutes, il nous apprend que la tradition islandaise veut qu’on enlève nos chaussures, il faut les laisser à l’entrée de la maison pour ne pas salir l’intérieur.
Ottar nous donne plein de conseils, il veut nous éviter de tomber dans les pièges d’attrape touristes. C’est un type bienveillant, heureux de partager et je me réjouis qu’on débute notre voyage par cette rencontre. Sa maison est propre, grande, confortable, je tombe en amour de sa cuisine orange, plus que bien équipée. Une collection de passoires pend devant la fenêtre et des couteaux méga aiguisés sont accrochés partout. Il nous a déjà prévu le petit-déjeuner : du lait, du pain et de la confiture. Chouchoutés comme des rois.
Notre premier soir est tranquille, la fatigue me tombe vite dessus, on s’endort dans le confort d’une chambre brûlante, chauffée par les volcans.

 

islande, city-guide, reykjavik

 

 

 

 

Le Lendemain matin l’impatience me tient encore éveillée et les heures à attendre avant de pouvoir sortir explorer Reykjavik me semblent interminables.
J’aimerais ne jamais avoir à dormir, remplir chaque seconde de ma vie de découverte.

Le temps est humide, le ciel est bas, c’est comme d’être enveloppé dans un gros nuage gris, j’aime cette sensation, la lourdeur un peu sombre du monde. Le vent souffle si fort, il transporte le froid mordant, le dépose sur nos visages. Le climat islandais nous bouscule. 

 

islande, city-guide, reykjavik

 

Reykjavik est vraiment petite, je ne m’attendais pas à ce qu’elle le soit à ce point et on en fait très vite le tour.

Les maisons de toutes les couleurs, basses n’ont pas l’air très solides. Je me sens comme dans un monde miniature. Avec ces bourrasques atroces, je m’étonne que la ville ne s’envole pas sous mes yeux. 

 

islande, city-guide, reykjavik

 

Avec Quentin, on arpente Reykjavik dans tous les sens, je m’imprègne de ses petites rues, de ses couleurs dans sa grisaille. On flâne au hasard, encore et encore sans aucun but si ce n’est le simple plaisir de découvrir, de ressentir, de s’imprégner de l’atmosphère de la ville, de ne louper aucuns détails.

Le vent glacial transporte l’odeur salée de l’océan, la dépose sur nos gros manteaux.

 

islande, city-guide, reykjavik

islande, city-guide, reykjavik

 

;

Il n’y a pas d’immeubles, le ciel n’est pas grignoté par d’immenses tours, l’oxygène est partout et circule si vite et si libre. Entre les maisons, parfois, on aperçoit l’océan et les montagnes au loin quand les nuages s’échappent.

 

islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik

 

Reykjavik a l’air vide de tous ses humains à certaines heures, seulement remplie de touristes. 

 

islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik

 

La ville bouillonne de créativité, ses murs sont colorés de graffitis. Certains sont vraiment magnifiques.

 

islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik

 

A Reykjavik, on ne fait pas beaucoup de boutiques, il faut garder nos petits sous pour les semaines à venir.

 

islande, city-guide, reykjavik

islande, city-guide, reykjavik

 

 

 

 

Au fil de nos ballades, on a découvert quelques belles adresses :

 

Kaffibrennslan : chouette café, chaleureux, tout cosy. Je m’y suis réchauffée au cappuccino et ma gourmandise a adoré l’énorme carrot-cake crémeux et délicieux.
Laugavegur 101, Reykjavik

 

islande, city-guide, reykjavik

islande, city-guide, reykjavik

 

 

Handknitting Association of Iceland : J’ai choisi ce magasin parce que, d’après mes lectures, c’est ici que j’avais le plus de chances de trouver un vrai pull typiquement islandais, tricoté main, de bonne qualité et moins chère.
Les étagères occupent la surface entière des murs et sont remplis de Lopapeysa moelleux, énormes, colorés, avec de beaux motifs. J’ai toujours aimé les gros pulls en laine, ils ont quelque chose de réconfortant.
Skólavörðustígur 19, Reykjavik

 

islande, city-guide, reykjavik

 

 

– La boulangerie BraØ and Co : la devanture est colorée de graffitis et l’intérieur déborde de délices.
16 Frakkastígur, Reykjavik

 

islande, city-guide, reykjavik

 

 

– L’Harpa, sur le port, offre une belle vue sur la mer. Salle de concert et palais des congrès, son accès est libre. La façade et les plafonds sont constitués d’une mosaïque de petites fenêtres qui donnent un peu une ambiance psychédélique à l’ensemble.
Austurbakki 2, Reykjavik

 

islande, city-guide, reykjavik

islande, city-guide, reykjavik

 

 

Sandholt Bakari : Un genre de café/boulangerie/restaurant tout cosy. Le serveur parlait français, on a rit avec lui et il nous a conseillé de goûter une pâtisserie/viennoiserie danoise dont j’ai oublié le nom mais qui était la meilleure du monde, une pâte feuilletée avec de la crème à la vanille dedans. Moelleuse, fondante, délicieuse.
Laugavegur 36, Reykjavik

 

Stofan Café : Mon favori de tous les coffee shop de la ville. La déco est hyper chouette, dépareillée, entre boiseries et briques rouges. De jolis trésors sont dispersés, vieux téléphones à cadrans, belle vaisselle colorée vintage. 
Aðalstræti, Reykjavik

 

islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik

 

 

– L’église Hallgrimskirkja : offre une vue incroyable à 360 ° sur Reykjavik. C’est de là qu’on aperçoit les mythiques maisons colorées de la ville.
Perchée en haut de la ville, dans le clocher, le vent souffle avec une telle force, les portes sont difficiles à retenir, on s’entend à peine.
En bas, juste à côté de l’entrée principale, on a écouté une fille jouer de l’orgue, ça m’a foutu de jolies émotions.
Hallgrímstorg 101, Reykjavik

 

islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik0

islande, city-guide, reykjavik

islande, city-guide, reykjavik

 

– Le café Babalú a une déco improbable, complètement kitsch, décalée. Ca sent la cannelle, il y a des billets accrochés aux murs, des tableaux ringards, des peluches moches, les toilettes sont décorés façon vaisseau spatial avec des grandes images des personnages de Star Wars, des guirlandes lumineuses verte. Un grand n’importe quoi de drôleries.
Skólavörðustígur 22, Reykjavik

 

Islande_Reykjavik_25

 

 

– Le Tjörnin, petit lac en plein milieu de la ville, toutes sortes d’oiseaux s’y promènent. Un chemin l’entoure, en le suivant, on passe tout proche de l’université et du Reykjavik City Hall où on peut trouver plein de chouettes informations pour visiter le coin. 

 

islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik

 

 

– La boutique Fotografi dont j’ai adoré la devanture remplie de trésors. On peut y trouver des tas de photos chouettes et un peu décalées.
Skolavoerdustigur 22, Reykjavik

 

islande, city-guide, reykjavik

 

 

 

A la fin de ces deux jours de ballade, on organise le 4×4 en prévision des trois semaines à venir.
Pendant qu’on charge la voiture le vent continue de souffler, de plus en plus fort, je n’avais jamais fais l’expérience de telles bourasques et je m’inquiète des jours à venir sur la route, camper risque d’être plus difficile que je l’imaginais.

Une fois la voiture chargée et prête à partir, on fait un tour au bout de notre rue, sur la côte, on a repéré un drôle d’endroit avec d’anciennes cabanes de pêcheurs en tôles rouillées. Le paysage est spécial, salé, vieux, gigantesque. Assise au bord de l’eau, je me répète que c’est fou cette ville microscopique qui sent la mer, si calme, sans l’agitation et l’effervescence des capitales…

 

islande, city-guide, reykjavik

islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik
islande, city-guide, reykjavik

 

 

 

 

 

Share:
Previous Post Next Post

Vous aimerez peut-être...

2 Comments

  • Jolies lueurs

    Coucou !
    Très chouette article, il dresse un portrait sincère et juste de cette ville que j’ai adoré… cette ambiance underground, cette impression de “mini capitale” avec ses maisons colorées et son atmosphère…
    Par contre, j’aurais aimé tomber sur ton article AVANT d’y aller cet été, car j’aurais adoré découvrir le “Stofan café” et la boutique de photographie… Une prochaine fois peut-être !

    A plus tard !

    1 octobre 2017 at 19 h 34 min Reply
    • Gomar

      Hello 🙂
      Merci pour ton petit mot !
      J’ai lu ton article très chouette aussi sur Reykjanes ! Tes photos sont très belles. Je suis curieuse de voir la suite ! A bientôt !

      2 octobre 2017 at 7 h 54 min Reply

    Laissez une petite trace de votre visite :)

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :