Islande_Dynjandi

ROAD TRIP en Islande #6 : Les fjords de l’ouest et la péninsule de Snæfellsnes

20 décembre 2017

 

Après presque deux semaines sur les routes de l’Islande nous quittons maintenant le nord et son soleil lumineux nous suit sur les routes interminables et tortueuses des fjords de l’ouest. Plus seuls que jamais, ces journées à flanc de montagne, sous le ciel magnifique de l’Islande, m’invitent à me laisser aller dans mes pensées et mes rêves…

 

 

 

Road trip en Islande : de Blönduós à Grábrók

 

 

 

 

Ce matin à Blönduós le soleil cogne contre la fenêtre, la chambre est étouffante, je me précipite sur la plage chercher la fraîcheur et en descendant j’espère de tout mon coeur que les oiseaux seront encore là et qu’ils danseront comme hier.

A mon arrivée, ils sont posés sur le sable noir, je me dis qu’ils m’attendent. Je m’assoie sur des galets, l’humidité salée de la mer m’aide à sortir de mon sommeil trop lourd, je respire la fraîcheur, je me dissous dans l’air, je vole avec les oiseaux… mes paupières se ferment, je me réinvente.

Les minutes passent, je sens la présence de Quentin derrière moi, son appareil photo à la main, toujours.
C’est l’heure du petit déjeuner à la cabane d’observation avant de grimper dans le 4×4 et de commencer la longue route d’aujourd’hui.

 

 

 

 

Le canyon de Kolugljúfur

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

Route 715 //
Perdu au milieu d’une plaine entourée de moutons. Comme plusieurs fois depuis le début du road trip, on les croise au milieu de la route, éloignés du troupeau, les agneaux collés à leur maman. Pas effrayés, ils bougent lentement, comme si on les dérangeait et qu’ils voulaient nous agacer en prenant tout leur temps pour se pousser. Il n’y a que nous près du canyon, l’eau qui se fracasse sur la paroi fait un bruit hallucinant, une odeur d’herbe fraîche, de ferme flotte dans l’air. Le temps ici est suspendu.

 

 

 

 

 

Les hot pots de Drangsnes

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

Route 645 // Steingrimfjörður.
Des hot pots sont installés à l’entrée de la ville, tout au bord du fjord. Deux islandaises y barbotent en discutant, le visage tourné vers la lumière bleue du nord.
L’eau est brûlante, l’air est doux, je laisse mon esprit se balader en regardant le soleil essayer de réchauffer l’océan glacé fondu dans le ciel, les sommets enneigés des montagnes, les aller et venus des bateaux dans le port. Ces moments me semblent essentiels, mon cœur a besoin de flottement, de douceur, de légèreté.
C’est si bon d’être si loin et si seuls.

 

 

 

 

L’ancienne Ecole de Reykjanes

 

Islande_Reykjanes

 

Trouver un hébergement dans cette partie du pays est difficile. Pour cette première nuit dans les fjords, on dort dans une auberge, une ancienne école réhabilitée qui propose l’option duvet.
Notre chambre est dans le bâtiment principal, au début d’un couloir où nous sommes les seuls à loger. Sur la façade grise, des fissures rebouchées courent dans tous les sens. Le mobilier est vieux, ringard, décrépi, les rideaux à froufrous aux fenêtres sont poussiéreux, les tissus des chaises se déchirent. Ça a l’air peu habité, comme si on était les premiers à revenir dans la chambre depuis longtemps.

A l’accueil, on peut acheter des snacks et à boire. On se partage une canette de Viking, le soleil illumine le perron, c’est notre premier apéro dehors, la bière est légère et on commence à avoir faim.
Clay Morrow (en-gentil) nous guide jusqu’à une ancienne salle de cours de cuisine où préparer notre repas. Insolite !
Pendant la cuisson des pâtes, on s’aventure, discrètement, dans les couloirs alentours. La plupart des portes sont fermées malheureusement. Sur le murs du premier étage, s’étalent les photos de toutes les promotions des débuts de l’école jusqu’à sa fermeture. Ca commence environ en 1937 et ça termine dans les années 90. En regardant les trombinoscopes géants, on se marre des ravages de la mode à certaines époques. Il y a définitivement des tendances capillaires à proscrire pour l’éternité.

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

 

 

 

– Sur la route –

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

En roulant dans les fjords de l’ouest, sur la 61, je prends conscience réellement de ce que j’ai lu à propos de cette région de l’Islande. Le coin le moins habité de l’île, le plus sauvage et une bonne partie de l’année certaines routes restent fermées, inaccessibles. Certains endroits sont alors complètement coupés du monde et atteignables seulement par la mer.

L’océan infini se fond dans le ciel, on ne peut presque pas les distinguer l’un de l’autre. Au creux du fjord, de l’autre côté j’aperçois la suite du chemin serpenter sur les flancs de la montagne découpée naturellement en escaliers. La route a l’air si proche mais il nous faudra un long moment avant de l’atteindre. Une voiture apparaît de temps en temps derrière nous et nous double souvent à vive allure malgré l’étroitesse des pistes.

 

 

 

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

Sur la route la distance et l’isolement amplifient les émotions, c’est parfois difficile d’être deux ensemble du matin au soir, de supporter les humeurs de l’autre, de manquer de solitude. Mais sur la route, avec Quentin, sortis de notre quotidien, on devient une équipe encore plus solide. On parvient à trouver un équilibre, à écouter nos besoins mutuels. On apprend à être plus indulgent, patient, tolérant et à s’aimer davantage.
Sur la route, tous les jours, on s’endort ensemble, le plus proche possible, en se disant qu’on s’aime et que la plus belle des aventures c’est cet amour tout doux, la famille qu’on est ensemble.

 

road trip en islande, fjords de l'ouest
road trip en islande, fjords de l'ouest

 

 

 

 

 

Dynjandi, l’étourdissante

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

Dynjandi, la plus belle cascade du monde après Gullfoss, s’aperçoit de loin sur la route. En français, ça se traduit par “étourdissant” et c’est plus que le cas. Etourdissant, fascinant, impressionnant. Avant de commencer à grimper, comme pour faire durer le plaisir de l’observer, on déjeune sur les tables en bois installées en bas des chutes. Mes yeux à moi ne quittent pas ces trombes d’eau qui dévalent la montagne. Et puis, quand on arrive juste en dessous, je goutte son eau fraîche et délicieuse.

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

 

 

 

 

Reykjarfjardarlaug, moment suspendu

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

— Sur les routes en zig zag à flanc de montagnes, le silence se pose sur nous deux, nos yeux dévorent le paysage. J’ai trouvé dans ce coin sauvage de l’Islande, une tranquillité infinie. De loin on aperçoit une piscine bleue fumante : Reykjarfjardarlaug. Au fond de Reykjarfjördur, innattendue, au milieu de rien, l’endroit est divin. Rien que nous deux, dans notre endroit secret, on barbote, seuls dans le fjords, ce moment n’appartient qu’à nous, léger et apaisant.

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

 

 

 

Tálknafjörður

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

— Notre journée se termine à Tálknafjörður où on dort à Bjarmaland, guest house qui propose l’option duvet, géniale pour les petits budgets. Après avoir exploré notre chambre, on se promène dans la ville, si petite et presque vide. Comme dans toutes celles que nous avons traversé en Islande, il y a une immense piscine avec un toboggan géant. Sur l’île, ça semble être le minimum vital.

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

— A Tálknafjörður , le long du port, un panneau indique du poisson frais à vendre. Il est rangé dans des frigos accessibles en libre service, sans surveillance. Sur une table, sont posés une boîte pour mettre l’argent et une feuille pour inscrire son nom. La vente fonctionne sur le principe de confiance et moi je trouve ça merveilleux.

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

— Le Café Dunhagi est le premier et le seul restaurant que l’on s’autorise depuis notre arrivée sur l’île. Les prix islandais étant exorbitants, on s’est contentés jusque là de manger nos conserves ramenées dans nos valises et de faire quelques courses au Bonus et au Kronan, les supermarchés locaux. Le café-restaurant semble tout juste rénové quand nous y entrons. Belle salle aux murs boisés recouverts de photos anciennes, tables décorées de bougies, livres dispersés un peu partout. L’ ambiance est chaleureuse, douce, surtout grâce aux rires de la cuisinière, une dame pleine d’énergie avec un immense sourire. C’est un véritable cordon bleu qui cuisine avec les produits locaux, selon la pêche du jour et les légumes de saison. Une perle je vous dis.

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

 

 

 

 

– Sur la route –

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

Je savoure cette liberté, l’inconnu de tous les jours, je savoure de n’avoir que peu d’habits qui sont uniquement pratiques. Je me détache, comme chaque fois que je voyage, de ce besoin de choisir mes vêtements pour être jolie.
L’impression désagréable de mes matins parisiens d’enfiler un costume disparait. Je ne porte que des choses utiles, qui vont me permettre d’avoir chaud, de me protéger du vent, du froid et de la pluie. Je ne me suis pas maquillée depuis qu’on est arrivée, je me sens plus légère, définitivement plus moi-même.
Nous avons peu d’objets, le minimum et nous ne ressentons aucun manque. Nous avons de quoi écrire, de quoi photographier, de quoi lire, de quoi nous habiller, de quoi manger, de quoi nous laver et nous avons la route.

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

 

L’homme est né pour aimer, les fondements de l’existence sont aussi simples que ça. Voilà pourquoi le coeur bat, étrange boussole; grâce lui, nous trouvons aisément notre route à travers les brumes les plus opaques où les périls nous guettent de tous côtés, à cause de lui, nous nous perdons et nous mourons en plein soleil.
Jón Kalman Stefánsson

 

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

 

 

 

 

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

— En partant de Tálknafjörður on continue sur la route 62 jusqu’à Patreksfjörður pour finalement atteindre Grábrók

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

 

 

 

Grábrók, l’intimidant

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

— La marche pour atteindre Grábrók est aménagée avec une promenade en bois. Le paysage est incroyable, complètement différent de tout ce qu’on a vu jusqu’à maintenant. La verdure s’étale devant nous, sur une terre rouge et noire. D’en haut, on distingue parfaitement la lave séchée et l’endroit exact où elle s’est arrêtée. Certaines maisons ont eu chaud. Sans pouvoir l’expliquer, Grábrók m’intimide plus qu’ailleurs, cachés dans les nuages islandais, au milieu de cette brume toujours épaisse, presque palpable, j’ai l’impression que tout peut se mettre à trembler d’un coup, que le sol va s’ouvrir sous nos pieds et nous avaler.

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

 

 

 

 

La péninsule de Snaefellsnes

 

 

 

Stykkishólmur et Kirkjufell

 

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

—Notre voyage sur l’île touche bientôt à sa fin, on se rapproche de notre point de départ, j’aimerais déjà repartir sur la route circulaire avant même de l’avoir terminée.
Avant de rejoindre Reykjavik, on part à la découverte de la Péninsule de Snaefellsnes, un des plus beaux coins du pays. Dès les premières bornes, j’adore y conduire, la terre marron presque noire des montagnes, étouffée sous les plaques de glace pendant tout l’hiver respire, humide et boueuse.

 

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

— Près de Kirkjufellsfoss,on aperçoit le Kirkjufell, la montagne pointue la plus photographiée de l’île. L’endroit est très touristique, envahi de monde mais il n’en reste pas moins impressionnant.

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

— A Stykkishólmur, des scènes du film “The secret life of Walter Mitty” ont été tournées alors je veux absolument y faire un tour.
Du port, où nous arrivons à trouver une place pour garer le 4×4, on aperçoit l’île de Súgansey parsemée de gens.
L’église, dans la rue Borgarbraut, surplombe la ville. Son clocher représente une artère de vertèbre de baleine. A l’intérieur, le plafond est recouvert d’ampoules suspendues, une immense peinture ultra moderne de la vierge trône sur un mur. C’est si différent des églises austères et nues que je connais, ça a l’air si futuriste.

 
 

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

 

 

 

La randonnée d’Anarstapi

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

— A Hellnar on fait une pause au Primus Café avant d’entamer la rando de 5km A/R à Anarstapi. Le sentier se faufile dans un champ de lave recouverte de mousse, longe des falaises noires sur lesquelles l’océan vient se jeter. Des oiseaux sont cachés dans les petites niches des falaises. Il piaillent tellement, avec Quentin on se demande quel genre de trucs ils se racontent. La marche est plutôt facile et la vue est incroyable.

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

“To see the world,
things dangerous to come to,
to see behind walls,
draw closer,
to find each other,
and to feel,
that is the purpose of Life.”

The secret Life of Walter Mitty

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

 

 

 

Le canyon de Rauðfeldsgjá

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

 

road trip en islande, fjords de l'ouest

road trip en islande, fjords de l'ouest

— Gigantesque entaille dans la roche, on se faufile entre les parois du canyon de Rauðfeldsgjá. On va aussi loin qu’on peut mais ensuite l’escalade devient plus compliquée. Dedans tout est sombre et froid, les parois sont humides et mousseuses, quand on lève les yeux on aperçoit le ciel.

 

 

 

 

La journée se termine dans un camping et puis le lendemain on repart vers Reykjavik. Je réalise difficilement que le retour est la prochaine étape, que Paris m’attend et que je vais quitter l’Islande.
Je laisse un peu de mon coeur ici, j’emporte avec moi un peu de cette terre infiniment belle et intimidante et je sais que j’y reviendrais. J’appartiens maintenant un peu à cet île du nord du monde.

 

 

 

 

 

 

Tous mes articles sur l’Islande

 

 

 

 

 

Previous Post Next Post

Vous aimerez peut-être...

Laissez une petite trace de votre visite :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :